N’abandonnons pas avant même d’avoir commencé

James LaVeck remet en question l'idée qu'un petit groupe de personnes ne peut pas faire des changements significatifs. Il fait valoir que le message au public devrait être "Avons-nous le droit d'utiliser et de tuer les animaux" au lieu de "Quelle est la bonne façon d'utiliser et de tuer les animaux ?

Advertisements

Pensée magique ou réalité historique ?

Une vidéo récemment publiée par Farm Sanctuary, intitulée Réforme de bien-être et Militantisme Vegan : Les faits suggère que les politiques des organisations corporatistes animalistes sont fondées sur des recherches irréfutables et une logique impeccable --même lorsque ces politiques minent directement les objectifs mêmes que ces organisations prétendent poursuivre : La protection et/ou la libération des animaux. Mais cette présentation est-elle crédible ? Et s'attaque-t-elle aux problèmes qui surviennent lorsque des organismes de charité fortunés collaborent avec l'industrie de l'exploitation animale et s'engagent dans des conflits d'intérêts ?

Compassion à vendre ?

Rédigé en réponse à la publication d'une lettre signée par 17 organisations de défense des animaux approuvant les nouveaux standards de "compassion animale" de Whole Foods pour l'utilisation et la mise à mort des animaux, cet essai demande à ses lecteurs de réfléchir si le langage qui définit l'identité d'un mouvement de justice sociale ne devrait jamais être cédé à ceux qui profitent de l'utilisation et de la mise à mort des individus que le mouvement cherche à protéger.

Une fausse vérité est plus étrange que la fiction: Le coût caché de la vente des oeufs “sans cage” au public

De nombreux dirigeants du mouvement animaliste d'aujourd'hui soutiennent et même aident à développer des programmes d'étiquetage des produits d'origine animale et des normes d'élevage "compatissantes pour les animaux". Certains font même la promotion de produits d'origine animale tels que les œufs labellisés "sans cage". Cette tendance qui s'accélère rapidement est célébrée par certains comme un "nouveau niveau d'engagement" avec l'industrie, et est critiquée par d'autres comme rien de moins que la cooptation à grande échelle par l'industrie de la cause des animaux.

Jeux de domination: Faire face à une culture d’abus de pouvoir dans le mouvement institutionnel animaliste

Des allégations d'inconduite sexuelle de la part de plusieurs leaders du mouvement institutionnel animaliste, incluant Nick Cooney, ancien coordonnateur de campagne pour #FarmSanctuary et, plus récemment, ancien vice-président exécutif de #MercyForAnimals. Ces développements ont inspiré le nouvel essai Humane Myth, "Jeux de domination: Faire face à une culture d'abus de pouvoir dans le mouvement institutionnel de défense des animaux." L'essai ci-dessous explore le rôle que Nick Cooney a joué dans la rationalisation de tactiques cyniques d'activisme, comprenant la collaboration avec l'industrie de la viande. En particulier, comme Bruce Friedrich, ancien de #FarmSanctuary et #PETA, Nick Cooney utilise l'expression "pureté personnelle " pour marginaliser l'état d'esprit de ceux dont l'activisme est guidé par un code moral, incluant un engagement à ne pas participer à l'utilisation et au meurtre d'autres êtres, ni à s'associer, louer ou enrichir ceux qui le font.